Docteur
David MALADRY
CHIRUGIE PLASTIQUE RECONSTRUCTRICE & ESTHÉTIQUE
Cabinet de Chirurgie Plastique et Esthétique
0142881868
36 avenue Théophile Gautier 75016 PARIS

Français English

Techniques non chirurgicales

De nombreux traitements à visée cosmétiques, en particulier pour lutter contre l’effet du vieillissement, existent. Ils n’ont pas pour vocation de se substituer aux traitements chirurgicaux, en réalité leur point d’action et les bénéfices attendus de ces traitements sont très différents de ceux recherchés par la chirurgie. Il s’agit d’injections (toxine botulique, acide yaluronique, autres substrats injectés…), et des abrasions. Dans le cadre des abrasions, existent également des traitements qui vont lutter contre certaines marques pigmentées du vieillissement. Votre chirurgien connaît parfaitement ces traitements, il vous les proposera pour certains petits défauts qui vous chagrinent.

1°) Les injections :

La toxine botulique :

La toxine botulique ou Botox° est utilisée depuis plus de 30 ans dans de nombreuses affections neurologiques, O.R.L., ophtalmologiques… Ses effets sont bien connus, en revanche, l’autorisation d’utilisation en médecine et chirurgie esthétique est plus récente.

Le mécanisme d’action en est le blocage des contractions musculaires qui peuvent être responsables, au niveau de la partie supérieure du visage, de sillons et de rides plus ou moins profondes. En revanche, les rides et sillons plus superficiels liés en particulier au soleil ou aux intempéries répondent mal à la toxine botulique. Il existe une contre-indication à l’emploi de la toxine botulique, qui est la myasthénie, maladie musculaire où la contraction musculaire est faible. La durée d’efficacité des injections peut être évaluée à 6 mois, en moyenne, avec des extrêmes entre 3 mois et un an. Cette variabilité dépend avant tout du tonus musculaire et de l’épaisseur des fibres musculaires qui sera appréciés par le résultat des premières injections. Il est possible de traiter les rides inter sourcilières (rides du lion), les rides frontales, les pattes d’oie, parfois certaines contractures musculaires des muscles sous-cutanés du cou. Il existe d’autres indications à la toxine botulique, car son action se fait également ressentir sur les muscles excréteurs des glandes de la sueur, des injections dans les creux axillaires, au niveau de la paume ou de la plante des pieds, en cas d’hypersudation très importantes, peuvent tout à fait être envisagées.

Les injections de comblements :

Le but des injections de comblement est avant tout de combler le fond de la ride en déposant dans le derme un substitut, actuellement obtenu en laboratoire, qui est l’Acide Hyaluronique. Ces injections sont particulièrement efficaces dans les ridules très fines, liées au vieillissement, sur les lèvres, sur le visage, de façon générale. Il doit être utilisé en complément de la Toxine Botulique. Leur durée d’efficacité est d’environ également 3 mois à 9 mois, dépendant avant tout de la densité du produit injecté, de la réaction de votre organisme. Ces injections peuvent également être réalisées plus en profondeur, au contact des structures osseuses, pour modifier le galbe du visage.

Les autres injections :

Actuellement, le collagène d’origine bovine n’est plus utilisé, et la plupart des produits injectables utilisent l’Acide Hyaluronique qui est fabriquée en usine afin d’obtenir un produit tout à fait pur, sans risque d’allergie et avec en fait très peu d’inconvénients. A ce propos, il existe un très grand nombre de noms de vente de ces produits, qui ne présage en rien de leur efficacité ou de leur durée d’action, ni même d’ailleurs de leur risque, ou non, de complications. La durée d’action dépend avant tout de la réaction de votre organisme et de la densité, de la concentration de l’Acide Hyaluronique utilisé. Il est important également de noter que l’adjonction à l’Acide Hyaluronique de produit dit non résorbable est plus un inconvénient qu’un avantage. En effet, au long terme, comme cela c’est vu pour l’injection d’huile de silicone mal raffinée, il y a une trentaine d’années, peut survenir secondairement à la dégradation des produits déposés dans votre derme, au long terme, des inflammations et des destructions tissulaires particulièrement préoccupantes. Il est donc en réalité préférable de considérer que les injections d’Acide Hyaluronique ont une efficacité de quelques mois (à réaliser 2 à 3 fois par an) que de vouloir utiliser des produits dont le risque, au bout de quelques années, est tout à fait imprévisible. C’est d’ailleurs l’attitude que je défends en tant qu’expert chargé de l’autorisation de mise sur le marché d’un grand nombre de ce type de produit.

2°) Les abrasions :

Ces abrasions ont pour but, pour traiter les rides liées au vieillissement, de détruire les parties saillantes cutanées (épiderme, et derme superficiel) situés de part et d’autre du fond de la ride. Il est aisé de comprendre qu’il s’agit donc d’une destruction tissulaire plus importante et avec des suites, après le traitement, plus visibles qu’après un traitement par comblement du fond des rides. Suivant l’énergie et la méthode utilisées pour cette destruction tissulaire, on parle de dermabrasion mécanique (petite ponceuse rotative diamantée ou métallique) de Laser brasion, s’il s’agit d’une énergie lumineuse (photons d’un Laser) d’un peeling lorsqu’il s’agit d’une brûlure chimique. Suivant l’importance de la destruction tissulaire et la profondeur par rapport au derme, les abrasions peuvent être plus ou moins importantes et plus ou moins efficaces. C’est lors de la cicatrisation après une période un peu désagréable de croutelles, de sérosités et de marques naturelles de cicatrisation, qu’apparaîtra le résultat. Ces traitements sont très efficaces, mais ont un inconvénient principal qui est le risque de pigmentation quasiment définitive sur certains types de peau et en particulier, après l’exposition solaire. Cependant, l’usage sur les lèvres, lorsqu’elles sont très ridulées, ou en cas de séquelles importantes d’acné, est particulièrement intéressant.

3°) Les injections de comblement profond :

Depuis quelques années, à l’initiative des distributeurs et fabricants de produits injectables, les femmes sont incitées à traiter les signes du vieillissement facial par des injections profondes. Le principe est d’injecter, en quantité relativement importante, de ces produits dits volumateurs, afin de lutter contre les effets du vieillissement. L’analyse objective et l’expérience importante des praticiens montre en réalité que le plus souvent le vieillissement facial n’est pas un amincissement, un dessèchement ou un amaigrissement des structures faciales. À vouloir utiliser cette méthode, le risque est d’obtenir un visage très stéréotypé, relativement vulgaire et bouffi, comme cela se voit malheureusement trop souvent. Il ne s’agit pas là de résultat de lifting bien réalisés mais d’injections dont le côté artificiel est tout à fait désolant. Cependant, ces injections profondes peuvent apporter, cela se voit au niveau des lèvres, dans certains cas de pommettes trop peu saillantes ou de menton un peu en arrière, une alternative intéressante aux traitements chirurgicaux plus lourds.

Il est cependant utile de noter qu’à certains endroits du corps, en particulier les mains ; le vieillissement se traduit par un dessèchement avec une structure profonde plus visible, que ce soit les tendons, les veines et dans ces cas-là, à la face dorsale des mains, il est possible de réaliser ce type d’injection. Compte tenu de la résorption obligatoire de ces substances, il est parfois préférable d’opter pour une greffe de graisse autologue injectée, réalisée au bloc opératoire et qui dans un grand nombre de cas permettra, en une ou eux séances, d’obtenir de façon quasiment définitive le résultat escompté.